Talent local

Christian Huon, Perrotin installé dans notre commune depuis 2002, est l’auteur de 2 ouvrages : “Un certain Callac” paru en 2018 et “Le lien”, sorti en octobre dernier. Aujourd’hui 75 ans et passionné d’écriture depuis toujours, ce Callacois d’origine (Côtes-d’Armor) est licencié en Lettres Modernes (Sorbonne) et a effectué la majeure partie sa carrière à la SNCF.

Le lien – résumé :

1878 : Jean-François, fringant étudiant en Droit, arrive à Paris de sa Bretagne natale ; trois ans d’une vie mouvementée, en particulier à travers ses aventures amoureuses. Un retour amer et douloureux mettra fin à ses illusions, qu’il compensera par l’amour de sa province et une tentative ratée à la députation.
La guerre de 14/18 le ruinera et lui, le pacifiste, mourra la veille de l’armistice ! Son fils, Yves, désargenté, va devoir trimer dès ses 14 ans pour monter un petit commerce dont la prospérité sera entamée par 2 ans de captivité lors de 39/45 ; grâce à une évasion, il rejoint son admirable épouse, Julia.

Après-guerre, ils vont retrouver une certaine aisance qui leur permettra d’offrir à leur fils Yann, la possibilité de suivre des études ; études qui avaient toujours tant manqué à Yves. Yann va se révéler un étudiant des plus brillants, mais sa vie sentimentale chaotique, un grave accident et une mort prématurée vont assombrir la fin de cette saga émouvante. Tous les 3 ont voué le même amour à leur belle province et à la culture bretonne. Mais quel est donc le lien dans ce cycle romanesque ?…

Christian Huon, Perrotin installé dans notre commune depuis 2002, est l’auteur de 2 ouvrages : “Un certain Callac” paru en 2018 et “Le lien”, sorti en octobre dernier. Aujourd’hui 75 ans et passionné d’écriture depuis toujours, ce Callacois d’origine (Côtes-d’Armor) est licencié en Lettres Modernes (Sorbonne) et a effectué la majeure partie sa carrière à la SNCF.

Le lien – résumé :

1878 : Jean-François, fringant étudiant en Droit, arrive à Paris de sa Bretagne natale ; trois ans d’une vie mouvementée, en particulier à travers ses aventures amoureuses. Un retour amer et douloureux mettra fin à ses illusions, qu’il compensera par l’amour de sa province et une tentative ratée à la députation.
La guerre de 14/18 le ruinera et lui, le pacifiste, mourra la veille de l’armistice ! Son fils, Yves, désargenté, va devoir trimer dès ses 14 ans pour monter un petit commerce dont la prospérité sera entamée par 2 ans de captivité lors de 39/45 ; grâce à une évasion, il rejoint son admirable épouse, Julia.

Après-guerre, ils vont retrouver une certaine aisance qui leur permettra d’offrir à leur fils Yann, la possibilité de suivre des études ; études qui avaient toujours tant manqué à Yves. Yann va se révéler un étudiant des plus brillants, mais sa vie sentimentale chaotique, un grave accident et une mort prématurée vont assombrir la fin de cette saga émouvante. Tous les 3 ont voué le même amour à leur belle province et à la culture bretonne. Mais quel est donc le lien dans ce cycle romanesque ?…

Partager cette actualité