STEP phase 2, du photovoltaïque au sol

Suite à une l’installation de 60 panneaux photovoltaïques sur les toits e la Station d’Epuration en 2018 (voir Perray Infos Juillet/Août 2018 p.14-15), la municipalité a souhaité renforcer la capacité de production du site qui autoconsomme a totalité de la production. Ne disposant lus de toit propice à l’installation e nouveaux panneaux photovoltaïques les bâtiments restant étant mal orientés t/ou ne bénéficiant pas d’une inclinaison optimale), il a été décidé de réaliser une centrale au sol, sur bacs lestés.
Cette solution simple offre de multiples avantages : le sol est conservé en l’état (pas de préparation, ni de dalle béton nécessaire), la pose est simple et rapide (montage type « mécano »), sécurisée (travail à même le sol) alors que les interventions sur toits nécessitent de nombreuses précautions et engendrent des coûts (lignes de vie, échafaudages, équipements de levage, assurances, certifications). Sur le site de la STEP, la structure de 16 panneaux a été montée par 3 personnes en une journée, il s’agissait pourtant d’une première réalisation de ce type.
Un autre intérêt de cet équipement réside dans sa visibilité. En effet, les panneaux peuvent servir de « vitrine solaire » lors de visites pédagogiques par exemple et illustrer ainsi les objectifs de l’énergie solaire autoconsommée, sa réalité et l’enjeu qu’elle représente pour Le Perray.

Caractéristiques techniques
16 panneaux de 300Wc répartis en 2 lignes de 2,4 KWc dont la production atteint environ 4,800 kWh d’électricité/an en complément des 60 déjà installés qui permettent une production totale de 18,000 kWh. Le courant continu produit alimente un onduleur ligne de marque Power Vault, qui dispose de 8 kWh de batteries de seconde vie Renault, installé sur site.

Stockage de l’énergie via une batterie seconde vie

L’optimisation de l’autoconsommation de sa propre production solaire passe par un stockage de l’énergie produite lorsqu’il y a du soleil, puis une restitution aux moments nécessaires. L’un des problèmes majeurs du stockage sur batterie est l’utilisation de matériaux tels que le lithium qui pose de nombreuses questions sur les modes de son extraction, la suffisance des ressources et dans cette idée, son recyclage.
Aujourd’hui, les véhicules électriques, dont les batteries doivent être de plus en plus performantes, sont de gros consommateurs de ces ressources. Si on y ajoute l’intérêt grandissant de l’autoconsommation solaire (stockage de l’énergie) dans les habitations, nous pourrions rapidement nous retrouver dans un contexte de manque, dans lequel la demande serait supérieure à l’offre.
Les batteries utilisées dans les véhicules doivent être légères (poids/puissance) et de qualité optimale dans leur capacité de charge/décharge. Les constructeurs automobiles utilisent donc les batteries qui assurent une puissance maximum. Dans ces conditions, quelques années suffisent pour que la batterie soit considérée comme obsolète. Les batteries initiales, impropres à une utilisation dans un véhicule sont pourtant encore viables. Le démantèlement pour récupérer les matériaux est possible mais il s’agit d’une opération coûteuse et avec peu de valeur ajoutée. L’autre solution, plus valorisante, est la réutilisation de cette batterie pour un nouvel usage dans lequel le rapport poids/puissance et les exigences de disponibilité de charges sont moins importants. Les bâtiments peuvent bénéficier de cette utilisation stationnaire des batteries qui trouvent ainsi une seconde vie. Le poids pour un équipement posé au sol n’étant plus un problème, la charge avec un cycle par jour (chargement pendant le jour, restitution le soir) est tout à fait adaptée.

Power Vault Éco : Quand une ancienne batterie de véhicule électrique alimente un bâtiment

Le constructeur Renault a signé un accord avec la société anglaise Power Vault visant la transformation des batteries de ses véhicules (Zoé, Kangoo) en batteries stationnaires pour un usage lié à la production photovoltaïque. Un ensemble vertueux : une production solaire renouvelable et un dispositif de stockage recyclé, duo gagnant pour l’autoconsommation. Le Power Vault Éco est un ensemble intégré qui transforme le courant provenant de panneaux solaires et stocke cette énergie produite localement dans des batteries de seconde vie Renault.

L’installation de cet équipement au Perray sur le site de notre station d’épuration est une première en France (avec déjà plus de 300 réalisations en Angleterre) et offre la possibilité de servir de vitrine et de faire avancer ce qui semble être un courant d’avenir prometteur.

Suite à une l’installation de 60 panneaux photovoltaïques sur les toits e la Station d’Epuration en 2018 (voir Perray Infos Juillet/Août 2018 p.14-15), la municipalité a souhaité renforcer la capacité de production du site qui autoconsomme a totalité de la production. Ne disposant lus de toit propice à l’installation e nouveaux panneaux photovoltaïques les bâtiments restant étant mal orientés t/ou ne bénéficiant pas d’une inclinaison optimale), il a été décidé de réaliser une centrale au sol, sur bacs lestés.
Cette solution simple offre de multiples avantages : le sol est conservé en l’état (pas de préparation, ni de dalle béton nécessaire), la pose est simple et rapide (montage type « mécano »), sécurisée (travail à même le sol) alors que les interventions sur toits nécessitent de nombreuses précautions et engendrent des coûts (lignes de vie, échafaudages, équipements de levage, assurances, certifications). Sur le site de la STEP, la structure de 16 panneaux a été montée par 3 personnes en une journée, il s’agissait pourtant d’une première réalisation de ce type.
Un autre intérêt de cet équipement réside dans sa visibilité. En effet, les panneaux peuvent servir de « vitrine solaire » lors de visites pédagogiques par exemple et illustrer ainsi les objectifs de l’énergie solaire autoconsommée, sa réalité et l’enjeu qu’elle représente pour Le Perray.

Caractéristiques techniques
16 panneaux de 300Wc répartis en 2 lignes de 2,4 KWc dont la production atteint environ 4,800 kWh d’électricité/an en complément des 60 déjà installés qui permettent une production totale de 18,000 kWh. Le courant continu produit alimente un onduleur ligne de marque Power Vault, qui dispose de 8 kWh de batteries de seconde vie Renault, installé sur site.

Stockage de l’énergie via une batterie seconde vie

dav

L’optimisation de l’autoconsommation de sa propre production solaire passe par un stockage de l’énergie produite lorsqu’il y a du soleil, puis une restitution aux moments nécessaires. L’un des problèmes majeurs du stockage sur batterie est l’utilisation de matériaux tels que le lithium qui pose de nombreuses questions sur les modes de son extraction, la suffisance des ressources et dans cette idée, son recyclage.
Aujourd’hui, les véhicules électriques, dont les batteries doivent être de plus en plus performantes, sont de gros consommateurs de ces ressources. Si on y ajoute l’intérêt grandissant de l’autoconsommation solaire (stockage de l’énergie) dans les habitations, nous pourrions rapidement nous retrouver dans un contexte de manque, dans lequel la demande serait supérieure à l’offre.
Les batteries utilisées dans les véhicules doivent être légères (poids/puissance) et de qualité optimale dans leur capacité de charge/décharge. Les constructeurs automobiles utilisent donc les batteries qui assurent une puissance maximum. Dans ces conditions, quelques années suffisent pour que la batterie soit considérée comme obsolète. Les batteries initiales, impropres à une utilisation dans un véhicule sont pourtant encore viables. Le démantèlement pour récupérer les matériaux est possible mais il s’agit d’une opération coûteuse et avec peu de valeur ajoutée. L’autre solution, plus valorisante, est la réutilisation de cette batterie pour un nouvel usage dans lequel le rapport poids/puissance et les exigences de disponibilité de charges sont moins importants. Les bâtiments peuvent bénéficier de cette utilisation stationnaire des batteries qui trouvent ainsi une seconde vie. Le poids pour un équipement posé au sol n’étant plus un problème, la charge avec un cycle par jour (chargement pendant le jour, restitution le soir) est tout à fait adaptée.

Power Vault Éco : Quand une ancienne batterie de véhicule électrique alimente un bâtiment

dav

Le constructeur Renault a signé un accord avec la société anglaise Power Vault visant la transformation des batteries de ses véhicules (Zoé, Kangoo) en batteries stationnaires pour un usage lié à la production photovoltaïque. Un ensemble vertueux : une production solaire renouvelable et un dispositif de stockage recyclé, duo gagnant pour l’autoconsommation. Le Power Vault Éco est un ensemble intégré qui transforme le courant provenant de panneaux solaires et stocke cette énergie produite localement dans des batteries de seconde vie Renault.

L’installation de cet équipement au Perray sur le site de notre station d’épuration est une première en France (avec déjà plus de 300 réalisations en Angleterre) et offre la possibilité de servir de vitrine et de faire avancer ce qui semble être un courant d’avenir prometteur.